Comment j’ai empêché mes enfants de devenir accros à la technologie

J’ai grandi à une époque où la technologie était en quelque sorte en dehors de notre vie quotidienne. Bien sûr, de nouvelles découvertes et de nouvelles avancées étaient faites à chaque instant, mais la plupart d’entre elles ne faisaient pas partie de mon enfance ou n’impactaient pas la façon dont je vivais ma vie. Je me rappelle toujours la petite antenne que nous avions sur le toit et la boîte de commande que nous utilisions pour obtenir un meilleur signal télévisé. Ou les petits jeux de tennis de table auxquels nous jouions ma sœur et moi sur notre minuscule télévision noir et blanc, au tube cathodique défaillant. Mon téléphone était relié à un fil et, quand nous avons acquis un four à micro-ondes, c’était une sensation ! Le tout premier téléphone mobile fut créé alors que j’avais sept, mais il m’a fallu attendre encore 15 ans pour posséder le mien.

La naissance d’internet

Le 1er août 1991, le World Wide Web fut ouvert à tous et à toutes. Je me rappelle avoir été stupéfaite par cette technologie et par ce qu’elle allait signifier pour les futures générations, y compris mes enfants, qui n’étaient pas encore nés. Bien qu’internet ait ouvert de nombreuses possibilités, il a aussi invité dans nos maisons un nombre considérable de choses indésirables.

Quand mon premier enfant est né, au milieu des années 90, la technologie avançait à toute vitesse. Toutes sortes de produits technologiques étaient devenus plus abordables et entraient dans les vies et les maisons de millions d’Américains.

À l’heure de cette naissance, j’étais déterminée à toujours garder mon enfance en mémoire. J’ai fait un pacte avec moi-même :  j’élèverai mes enfants de manière qu’ils puissent chérir tous leurs souvenirs. Mes enfants apprendraient à construire des forts, à jouer dans la boue, à rouler à vélo, à réaliser des travaux manuels, à effectuer du volontariat et à aimer et respecter la nature. Aucune de ces activités ne requiert l’usage de la technologie et pourtant, chacune d’entre elles était partie de mon éducation et je ne voulais pas priver mes enfants de ce qui m’avait apporté tant de joie et m’avait forgé en tant qu’individu.

J’ai eu la grande chance d’être en mesure de pouvoir assurer la scolarisation à domicile de mes trois enfants, ce qui m’a donné l’opportunité d’également contrôler la façon dont ils occupaient leur temps libre. Chaque jour, nous consacrions quelques heures aux études académiques et, le reste du temps, ils pouvaient être juste des enfants. Ce qui signifie jouer dehors, faire des randonnées, nager, pêcher, jouer avec des cerfs-volants, faire du volontariat à la maison de retraite locale, monter à cheval, planter des fleurs et fabriquer des choses de leurs propres mains.

La technologie devient la grande mode

Alors que la plupart des enfants restent à l’intérieur et jouent à des jeux vidéo, regarder la télévision était une récompense pour mes enfants.

Mon troisième enfant est né en2001, six ans avant la mise en vente du premier iPhone, mais au beau milieu d’une période d’avancées technologiques effrénées.  Les jeux vidéo étaient particulièrement à la mode et les enfants commençaient à remplacer les heures passées à jouer dehors par des heures passées devant la télévision.

Nous ne possédions à l’époque qu’un seul ordinateur, un téléphone mobile et une télévision équipée d’un magnétoscope. J’avais toujours une bonne prise sur les parties de la vie de mes enfants qui étaient affectées par la technologie. Regarder un film était une récompense et quelque chose qui arrivait assez rarement, le plus souvent les jours de pluie, quand ils en avaient assez de jouer dans la boue.

Même quand mes enfants sont devenus adolescents et alors que la technologie était désormais encore plus accessible, je me suis donné du mal pour l’empêcher de voler du temps à notre famille et j’ai mis en place des barrières strictes pour nous protéger et réduire les tentations.

Ma fille aînée a eu son premier téléphone à l’âge de 15 ans et seulement dans le but de le garder en sécurité lorsqu’elle pratiquait la randonnée à cheval au milieu de nulle part ! Elle avait un total de quatre contacts : sa mère, son père, sa grand-mère et une amie chère qui vivait à la maison de retraite. Nous nous octroyions également un jour sans technologies toutes les semaines, où nous passions du temps en famille.

Tout cela est très différent de ce que nous voyons aujourd’hui : des bambins courant partout, sucette en bouche, iPad à la main ou des enfants d’école primaire possédant des mobiles sans le moindre filtre, leur permettant d’accéder à la totalité du web, où tout est permis.

Tandis que mes enfants passaient leur temps à essayer d’attraper des salamandres dans la crique voisine, les enfants d’aujourd’hui échangent des moyens d’atteindre le niveau suivant de leur jeu préféré ou s’envoient des textos pendant les heures de cours. Cela m’attriste quand je vois une famille s’installer à une table de restaurant et que tous ses membres sont plongés dans leur écran.  Mais, telle est la réalité du monde dans lequel nous vivons : la technologie domine nos vies et les salamandres ne semblent plus aussi intéressantes qu’elles l’étaient autrefois.

Mais pourquoi ? Pourquoi la technologie doit-elle dominer nos vies ?  Je prétends que ce n’est pas une fatalité et que c’est aux parents de pourvoir à l’éducation de leurs enfants.

L’imitation, toujours l’imitation

Quand il s’agit de technologie, les parents doivent se rappeler que leurs enfants imitent les adultes autour d’eux.

Comment empêcher vos enfants de devenir accros à la technologie ? Parents, cela commence par donner le bon exemple. Vos jeunes enfants vous observent et absorbent la moindre de vos actions comme une éponge. Si vous passez votre vie sur votre ordinateur ou votre téléphone, cela devient une activité familière pour votre enfant, qu’il désire imiter. Et, au contraire, si vous passez beaucoup de temps à l’extérieur, à planter des fleurs, à vous promener, à pêcher ou à rouler à vélo, votre enfant regardera cette activité comme familière et bien installée.

Mon premier conseil est donc le suivant : vivez votre vie comme vous voudriez que vos enfants vivent les leurs. Certes, si comme moi vous gagnez votre vie par des activités en ligne, ce n’est pas toujours facile de le cacher à vos jeunes enfants. Néanmoins, vous pouvez leur expliquer, du mieux que vous le pouvez, que votre travail nécessite un ordinateur et un téléphone, tout en passant aussi peu de temps que possible dessus en dehors de vos heures de travail. Quand j’ai commencé à travailler en ligne depuis la maison, mes enfants étaient très jeunes. J’ai fait de mon mieux pour travailler durant leurs siestes et en soirée, de manière à pouvoir être un bon exemple le reste de la journée.

Dites-leur « non »

Je pense que, de nos jours, de nombreux parents ont du mal à dire non à leurs enfants. Je peux vous assurer que lorsque j’ai élevé mes trois filles, « non » était “no” un de mes mots préférés. Quand je leur disais non, mes enfants savaient ce que cela voulait dire et le respectaient. Rappelez-vous que vous n’avez aucune obligation de donner des explications à vos enfants à chaque fois que vous leur dites non. Dites-le simplement et passez à autre chose, il n’y a pas besoin d’autres mots.

Fixez des limites saines

Fixer des limites est quelque chose que tout parent doit faire, aussi bien pour eux-mêmes que pour leurs enfants. Élever mes enfants au cours d’une période d’explosion technologique impliquait de fixer des limites. Oui, tu peux jouer à ce jeu une heure par jour, mais pas plus, ou encore, le vendredi soir est le jour du film en famille, mais sinon, la télévision reste éteinte. Ou, oui, tu peux avoir un mobile, mais seulement pour les cas d’urgence – en d’autres termes, un téléphone sans accès à Internet. Pas de mobile à table, pas de mobile lors des sorties en famille et nous passons une journée sans réseau au moins une fois par semaine.

Souvenez-vous que quand vous fixez des limites, vous n’êtes pas cruel, vous êtes aimants. Les enfants ont besoin de limites et ils comptent sur leurs parents pour les fixer.

Utilisez la technologie à bon escient

Mes enfants ont utilisé la technologie, mais c’étaient dans les limites imposées par mes fonctions de parent et de professeur. Nous avons utilisé la technologie dans le cadre des cours et nous avons utilisé des mobiles pour rester en contact avec nos amis et notre famille. Quand mes enfants ont grandi, nous avons même passé des soirées à jouer ensemble à la Wii. Cela a permis à mes enfants de développer un respect sain envers la technologie, sans la laisser dicter leur vie.

Tout ceci nécessite que les parents ne se servent pas de la technologie comme d’une baby-sitter. Ne remplacez pas le temps que vos enfants veulent passer avec vous au cours de leurs jeunes années par un ordinateur, un téléphone ou un jeu vidéo. Ce qu’ils désirent, c’est passer du temps de qualité avec vous – beaucoup de temps !

Nous ne pouvons pas arrêter le progrès

Bien que nous ne puissions pas empêcher la technologie d’avancer, nous pouvons toujours faire beaucoup pour empêcher nos enfants de succomber à leurs promesses enchanteresses. Non, votre ado n’a pas nécessairement besoin d’un smartphone, ou d’une chambre équipée d’une X Box. Non, vous n’avez pas besoin d’une centaine de chaînes différentes sur votre télévision.

Restez ferme dans vos convictions : ne laissez pas vos enfants grandir dans l’attachement aux technologies et encouragez-les dès leur plus jeune âge à apprendre comme jouer, à apprendre comment jouer comme les enfants jouaient autrefois.

— Susan Patterson

 

Articles Recommandés